Historique

Les grandes étapes de l’histoire de Téléfilm Canada

 

1967

Le gouvernement du Canada alloue 10 millions de dollars à la nouvelle Société de développement de l’industrie cinématographique canadienne (SDICC), créée dans le but de soutenir l’industrie cinématographique du Canada.

1968

La SDICC ouvre des bureaux à Montréal et à Toronto.

1969

Nomination de Michael Spencer au poste de premier directeur général.

1976

Le budget de la SDICC est augmenté à 25 millions de dollars, et le gouvernement décide de financer la Société au moyen d’un crédit parlementaire annuel.

Classiques du cinéma canadien datant des années 1970 : Act of the Heart (Paul Almond), The Apprenticeship of Duddy Kravitz (Ted Kotcheff), Les Bons Débarras (Francis Mankiewicz), Goin’ Down the Road (Don Shebib), Réjeanne Padovani (Denys Arcand), La Vie rêvée (Mireille Dansereau) et La Vraie nature de Bernadette (Gilles Carle).

1983

Création du Fonds de développement d’émissions canadiennes de télévision, dans le but de donner une nouvelle impulsion à la télévision canadienne.

1984

La SDICC prend le nom de Téléfilm Canada pour mieux refléter l’éventail de ses activités dans les secteurs du film et de la télévision. Ouverture des bureaux de Vancouver et de Halifax.

Longs métrages marquants des années 1980 : Anne Trister (Léa Pool), The Grey Fox (Phillip Borsos), La Guerre des tuques (André Melançon), I’ve Heard the Mermaids Singing (Patricia Rozema), Life Classes (William D. MacGillivray), My American Cousin (Sandy Wilson), Sonatine (Micheline Lanctôt), Tales from the Gimli Hospital (Guy Maddin) et Un zoo la nuit (Jean-Claude Lauzon).

Émissions incontournables de la décennie : CODCO, Degrassi Junior High, E.N.G., Anne of Green Gables, Lance et compte et À plein temps.

1996

Le gouvernement canadien annonce la création du Fonds de télévision et de câblodistribution pour la production d’émissions canadiennes (plus tard renommé Fonds canadien de télévision), un partenariat public-privé entre le gouvernement du Canada et l’industrie de la télévision par câble et par satellite. Téléfilm administre le Programme de participation au capital du Fonds.

1998

Création du Fonds pour le multimédia doté d’un budget de 30 millions de dollars pour une période de cinq ans. Ce fonds a pour but d’appuyer la créativité à l’ère numérique et de permettre à l’industrie canadienne de se positionner favorablement dans le champ des nouvelles technologies.

Films mémorables des années 1990 : Les Boys (Louis Saia), Black Robe (Bruce Beresford), Double Happiness (Mina Shum), Highway 61 (Bruce McDonald), Lilies/Les Feluettes (John Greyson), Margaret’s Museum (Mort Ransen), Crash (David Cronenberg), The Sweet Hereafter (Atom Egoyan), The Red Violin (François Girard) et Une histoire inventée (Marc-André Forcier).

Émissions de télévision populaires des années 1990 : The Big Comfy Couch, Dans une galaxie près de chez vous, Due South, Incredible Story Studio, Les filles de Caleb, Milgaard, North of 60, Omertà, L’Or du temps, La Petite Vie, ReBoot, Stories from the Seventh Fire et Theodore Tugboat.

Productions nouveaux médias innovatrices de la décennie : Mia, Monster by Mistake et Buddy Brush and the Painted Circus.

2000

Lancement de la nouvelle Politique canadienne du long métrage intitulée Du scénario à l’écran. Le nouveau Fonds du long métrage du Canada (FLMC), administré par Téléfilm, est un élément clé de cette politique. Entré en vigueur le 1er avril 2001, le FLMC est doté d’un budget annuel de 100 millions de dollars. Son principal objectif est d’augmenter les auditoires canadiens et internationaux par une distribution et une mise en marché plus efficaces.

2005

Le ministre du Patrimoine canadien annonce une nouvelle collaboration avec le Fonds canadien de télévision (FCT) et le renouvellement de son appui financier au secteur de la télévision, à hauteur de 100 millions de dollars. Selon les conditions de l’entente, le conseil d’administration du Fonds canadien de télévision est responsable de la gouvernance de l’ensemble des programmes. Téléfilm Canada est responsable de l’administration et de l’exécution des programmes de financement du FCT.

2007

Lancement du Programme pour le long métrage documentaire, un partenariat entre Téléfilm et le Groupe de fonds Rogers. Jusqu’à présent, le Programme a permis de financer 38 projets, dont Le Profil Amina de Sophie Deraspe, China Heavyweight de Yung Chang, Hugh Hefner: Playboy, Activist and Rebel de Brigitte Berman, League of Exotique Dancers de Rama Rau et La nuit, elles dansent d’Isabelle Lavigne et Stéphane Thibault.

2009

Le Fonds canadien de télévision devient le Fonds des médias du Canada (FMC), dont le but est de financer la production de contenu convergent à succès (télévision et média numérique), accessible sur une variété de plateformes. Téléfilm continue d’administrer les programmes de financement du FMC, sous la gouvernance du FMC. L’exercice financier 2015-2106 marque le 10e anniversaire de cette entente fructueuse pour l’industrie.

Films canadiens du nouveau millénaire : Les Invasions barbares (Denys Arcand), 3 Needles (Thom Fitzgerald), Atanarjuat: The Fast Runner (Zacharias Kunuk), Away from Her (Sarah Polley), Bon Cop, Bad Cop (Érik Canuel), Cairo Time (Rubba Nada), C.R.A.Z.Y (Jean-Marc Vallée), La Grande Séduction (Jean-François Pouliot), Les Triplettes de Belleville (Sylvain Chomet) et Water (Deepa Mehta).

Émissions de télévision à succès des années 2000 : Annie et ses hommes, Da Vinci’s Inquest, Cold Squad, Shattered City: The Halifax Explosion, Ramdam, Traders, Trailer Park Boys et Un gars, une fille.

Productions numériques novatrices de la décennie : Anarchive Michael Snow, Arctic Mission: The Cyberdocumentary, Mango Plumo, Corner Gas/Comic Genius, Instant Star, Fait à Montréal, Degrassi.tv, This Is Daniel Cook et Regenesis Extended Reality.

2011

Lancement de l’Indice de réussite, un outil permettant de mesurer le succès d’une façon exhaustive en fonction de la performance des films du portefeuille de Téléfilm. Il comprend trois sous-indices : commercial (ventes nationales et internationales), culturel (sélections et prix reçus dans le cadre de festivals clés) et industriel (ratio du financement privé par rapport au financement public). Cette initiative est une première dans l’industrie audiovisuelle internationale.

2012

Lancement du Programme de production à micro-budget qui finance les premiers longs métrages de cinéastes émergents et encourage l’utilisation des plateformes numériques comme outil de distribution et d’engagement des auditoires. Le Programme a financé des films qui ont connu un grand succès, comme Cast No Shadow de Christian Sparkes, Le Dep de Sonia Bonspille Boileau, Un film de chasse de filles de Julie Lambert et The Devout de Connor Gaston. Le Programme reçoit plus de 75 %de son financement du Fonds des talents.

2013

Lancement du Fonds des talents, un fonds de dons privés bénéficiant du soutien d’entreprises, comme Bell Média et Corus Entertainment, et de philanthropes. Le Fonds appuie financièrement des cinéastes émergents et la promotion à l’international. Jusqu’à présent, le Fonds des talents a recueilli plus de 15 millions de dollars.

2016

Téléfilm assure l’administration de la coproduction depuis 40 ans. En tant qu’administrateur, Téléfilm fait des recommandations au ministre du Patrimoine canadien concernant la certification de coproductions audiovisuelles régies par des traités. Le Canada a signé 55 accords de coproduction avec des partenaires du monde entier.

Téléfilm annonce officiellement qu’elle vise à obtenir, d’ici 2020, un portefeuille de longs métrages représentatif et diversifié reflétant mieux la parité hommes-femmes, la diversité culturelle et les communautés autochtones du Canada.

Films acclamés, y compris quelques coproductions, lancés depuis 2010 : Barney’s Version (Richard J. Lewis), Brooklyn (John Crowley), Closet Monster (Stephen Dunn), Corner Gas: The Movie (David Storey), Gabrielle (Louise Archambault), The Grand Seduction (Don McKellar), Incendies (Denis Villeneuve), In Darkness (Agnieszka Holland), Mommy (Xavier Dolan), Monsieur Lazhar (Philippe Falardeau), Nuit no 1 (Anne Émond), Room (Lenny Abrahamson), Sarah préfère la course (Chloé Robichaud), Rebelle (Kim Nguyen), Turbo Kid (François Simard, Anouk Whissell, Yoann-Karl Whissell) et Starbuck (Ken Scott).

Présidents du conseil d’administration

Georges-Émile Lapalme
Février 1968 à novembre 1969

Gratien Gélinas
Novembre 1969 à février 1978

Michel Vennat
Mars 1978 à mai 1981

David Silcox
Septembre 1981 à décembre 1982

Claude Morin
Vice-président
A présidé les réunions du conseil d’administration
Janvier à mars 1983

Ed Prévost
Avril 1983 à juin 1986

Jean Sirois
Juillet 1987 à avril 1988

Edmund C. Bovey
Mai 1988 à avril 1990

Harvey Corn
Président par intérim de avril à juin 1990
Président du conseil de juillet 1990 à juin 1993

André Provost
Président par intérim
Juin à juillet 1993

Robert Dinan
Juillet 1993 à juillet 1998

Laurier L. LaPierre, O.C.
Juillet 1998 à juillet 2001

François Macerola
Juillet 2001 à février 2002

Charles Bélanger
Février 2002 à février 2007

Felix (Fil) Fraser
Février à octobre 2007

Michel Roy
Octobre 2007

Directeurs généraux de Téléfilm Canada

Michael Spencer
Avril 1968 à février 1969 : secrétaire intérimaire
Mars 1969 à avril 1978 : directeur général

Michael McCabe
Mai 1978 à avril 1980

Pierre Thibault
Avril à juillet 1980 : directeur général par intérim

André Lamy
Août 1980 à juin 1985

Peter Pearson
Juillet 1985 à octobre 1987

Judith McCann
Octobre à décembre 1987 : directrice générale par intérim

Michèle Fortin
Décembre 1987 à mai 1988 : directrice générale par intérim

Pierre DesRoches
Juin 1988 à juin 1994

Peter Katadotis
Juin 1994 à mars 1995 : directeur général par intérim

François Macerola
Mars 1995 à novembre 1998

Peter Katadotis
Novembre et décembre 1998 : directeur général par intérim

François Macerola
Janvier 1999 à juillet 2001

Johanne St-Arnauld
Juillet 2001 à janvier 2002 : directrice générale par intérim

Richard Stursberg
Janvier 2002 à juillet 2004

Carolle Brabant
Juillet 2004 à janvier 2005 : directrice générale par intérim

Wayne Clarkson
Janvier 2005 à janvier 2010

Carolle Brabant
Mars 2010 à mars 2018

Jean-Claude Mahé
Mars à juillet 2018 : directeur général par intérim

Christa Dickenson
Juillet 2018