Bâtir les auditoires — l’importance de promouvoir la valeur du contenu canadien

Les talents canadiens font l’objet des plus grands éloges, ont droit aux plus grands honneurs. Au cours de la dernière année, ils ont été à l’affiche de 83 festivals et ont remporté 37 prix. La Guerre des tuques 3D et Brooklyn ont respectivement dépassé 3 millions et 6 millions de dollars aux guichets canadiens. L’objectif est de promouvoir cette réussite pour que les Canadiens en soient conscients, en soient fiers, et qu’ils veuillent célébrer leur cinéma comme ils célèbrent leurs astronautes et leurs athlètes olympiques ! D’où la nécessité de bâtir des partenariats de promotion solides.

Il faut donc innover, créer le buzz, donner le goût de vivre une expérience liée à notre identité et de la partager. C’est un travail de terrain, de région en région, de ville en ville, qui tire profit de chaque lancement de film, de chaque événement de l’industrie, et qui demande aussi qu’on crée l’événement autour des œuvres qui se distinguent.

Au pays, les festivals font la part belle à nos stars et cinéastes, les rapprochant de leur public par des projections, des « fan zones », des rencontres avec des personnalités et des concours. Les succès canadiens à l’étranger sont promus auprès des Canadiens par des événements médiatiques et de la publicité. Par exemple, une célébration comme An Evening with Canada’s Stars, qui se tient à Los Angeles en parallèle avec les Oscars, souligne les performances de nos cinéastes et tire partie de partenariats à succès aux États-Unis.

L’image de marque du cinéma canadien devient plus attrayante. La Journée du cinéma canadien a gagné en popularité et est maintenant présentée dans 170 lieux. La notoriété de la marque, soit la capacité des Canadiens sondés de nommer un film d’ici, est passée de 37 % en 2011-2012 à 49 % en 2015-2016. Les entreprises sont plus nombreuses à vouloir associer leur image de marque au succès de notre cinéma. Ainsi, depuis quatre ans, Téléfilm Canada et Birks rendent hommage aux Canadiennes en cinéma — réalisatrices, actrices, scénaristes — lors de l’Hommage Diamant Birks organisé dans le cadre du Festival international du film de Toronto; cet événement a un fort retentissement.

Les canaux numériques ont transformé le marketing des films, particulièrement auprès de la génération Y qui carbure à la nouveauté et au partage. Il arrive maintenant que le budget pour créer l’événement dans les médias sociaux représente plus de 25 % du budget de publicité. Engager les fans dès la conception d’un projet et nourrir leur intérêt tout au long du processus de fabrication est aujourd’hui considéré comme une condition de succès, mais tout le monde reconnaît que c’est encore un Nouveau Monde à explorer. Il faut continuer d’innover.

En 2017, le 150e anniversaire du Canada et le 50e anniversaire de Téléfilm Canada seront l’occasion de rappeler aux Canadiens que leur industrie audiovisuelle est un joyau culturel à découvrir et redécouvrir, ainsi qu’un secteur d’activité qui se traduit par une importante contribution au PIB (près de 9 milliards de dollars) et 148 500 emplois ETP pour les Canadiens.